Magret de canard carottes violettes au sirop de figue

 

Ce matin aux Halles de Châteaurenard, Vincent le primeur du Jardin des Tours m’a fait découvrir son premier arrivage de carottes violettes. À classer dans la catégorie des légumes oubliés comme le panais, le rutabaga, la vitelotte… et autres noms exotiques. Signe particulier, ces tiges orangées possèdent une peau violet foncé à qui elle doivent leur surnom. Elles sont aussi légèrement plus croquantes et tendres que leur cousines oranges. Vincent m’a suggéré de les préparer en cake…

Arrivée à mon logis, j’ai eu une autre idée (ben oui, l’inspiration c’est comme ça, que Vincent me pardonne). Ayant par ailleurs acheté de beaux magrets de canard aux halles d’Avignon, le jour d’avant, et sachant qu’il restait encore quelques figues sur les arbres du jardin, j’ai préparé ma recette. Super facile, « goûtue » d’après mes hôtes… La voici !

 

Ingrédients pour six personnes

3 magrets de canard entier
Une dizaine de figues
6 carottes violettes 

1 cuillère de miel
1 peu de beurre
sel, poivre

Coupez les figues en deux dans le sens de la longueur. Faite les revenir à la poêle côté chair à feu très doux. Pendant ce temps, pelez les carottes et détaillez-les en rondelles.

Quand les figues ont rendu leur sirop, sortez-les de la poêle. Baissez le feu, ajoutez le miel, remuez et déposer les carottes violettes. Augmentez le feu (pas trop), couvrez, salez, poivrez et laissez mijoter. Elles sont cuites quand la pointe d’un couteau les transperce.

Une fois la cuisson des carottes terminée, détaillez le magret
en tranches. À feu vif, saisissez-les dans une poêle.
Quand ils sont rosés, arrêtez la cuisson. Dans une assiette,
dressez les magrets, les carottes cuites dans le jus des figues
et ajoutez ces dernières.
Voilà, c’est fini. Servez !

Que boire avec ?

Le costière de Nîmes rouge Réserve 2011 du Château de Nage (6,10 €) (http://www.michelgassier.com)

Michel Gassier, vigneron fleuron de cette appellation m’a reçue la semaine dernière dans ses chais en pleine période de vendanges. Chaud, chaud, chaud…

Depuis le début du mois, il enchaîne les journées à rallonge, lever à 2 heures du matin pour vendanger de nuit, et suivi des vinifications l’après-midi. Nous avons parlé de ses blancs et j’en reparlerai d’ailleurs ici prochainement. Mais, pour cette recette c’est son rouge Réserve que je vous conseille. Ses arômes de fruits noirs et de fruits rouges sont soulignés d’épices et d’un peu de poivre. Sa bouche a un joli toucher, fin, délicat comme de la soie. Il sera parfait avec cette recette sucrée/salée !

On partage un verre gourmand ?

Après l’éternel café gourmand, voici LE Verre Gourmand. Une idée originale conçue par Inter Rhône, l’interprofession des vins de la Vallée du Rhône, organisme qui regroupe les vignerons et les négociants de la région.

Le principe ? Un verre de côtes du Rhône accompagné de trois mets salés. La couleur du vin détermine le genre des mets…
Une quarantaine de bars à vin, à Marseille, Lyon et Paris l’inaugurent depuis le 15 septembre et ce pendant trois semaines.
Rendez-vous dans ces lieux (je tiens la liste à votre disposition) ou avec un peu d’imagination, reproduisez le concept chez vous. Je le vois bien à l’apéritif
à la place de ces cochonneries salées régulièrement servis par des hôtes indélicats…
Ça vous bousille le palais direct, difficile d’apprécier le vin qui vient par la suite.

La Verre Gourmand, à l’apéro, sur le pouce, après le boulot, en terrasse… Vous avez le choix !

Au moins une bonne raison de saluer l’initiative d’Inter Rhône. Une présentation du Verre Gourmand aura lieu le 11 octobre à 19 heures à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon (entrée 11 euros).

Poivrons jaunes câpres et anchois

Dimanche, Jacqueline a ressorti cette recette de derrière ses fourneaux.
Petite, je faisais la mou devant le légume, l’acidité des câpres et l’amertume salée des anchois. Avec l’âge, on murit, le palais aussi !
J’ai adoré l’association des saveurs de ce plat. Il se déguste chaud ou froid en entrée ou en plat principal pour un repas sur le pouce.
En voici la recette. On remercie Jacqueline !

Ingrédients

6 poivrons jaunes moyens
2 petits pains ou trois quart d’une baguette
2 cuillère à soupe de câpres
1 bouquet de persil
2 gousses d’ail
4 filets d’anchois
10 cuillères à soupe d’huile d’olive
Parmesan râpé

Découpez le sommet des poivrons en laissant la queue.
Retirez les filaments blancs et les graines.

Râper la croûte des petits pains. Ne conservez que la mie.
Émiettez-là, dans un grand bol. Arrosez de deux à trois cuillères à soupe d’huile d’olive.

Hachez le persil, les deux gousses d’ail et découpez les filets d’anchois en tout petit morceaux. Ajoutez ces ingrédients à la mie, avec les câpres.
Salez, avec parcimonie, et poivrez.
Mélangez avec 4/5 cuillères d’huile d’olive.

Répartissez la farce à l’intérieur des poivrons, recouvrez de parmesan,
fermez les poivrons avec leurs chapeaux.
Enduisez un plat à gratin d’une cuillère à soupe d’huile d’olive.
Déposez les poivrons et badigeonnez-les d’un peu d’huile d’olive.

Enfournez à 180° pour 30 minutes.

Que boire avec ?

Du blanc sans l’ombre d’une hésitation !

La cuvée Leonides 2011 (10 € environ) du Domaine Solence
à Mazan dans le Vaucluse me vient immédiatement à l’esprit.
Je l’ai récemment dégusté au domaine en compagnie de Jean-Claude et Anne-Marie Isnard, les auteurs de ce vin.

C’est un Ventoux réalisé à partir de grenache blanc, de roussanne et de clairette.
Pur et aérien, il fait claquer le palais avec sa sensation fraîche et ses notes minérales.
De quoi soutenir du regard câpres et anchois !

Domaine Solence
172, chemin de la Lègue
84 380 Mazan

04 90 90 60 55 31

Vins de Loire et cuisine provençale, on relève le défi !

Steven Frémont, Inter Loire.

La Loire ? Terra Incognita pour la provençale que je suis !
Ma cave est « monovin », (je l’avoue), elle aligne presque, uniquement, des vins de la vallée du Rhône ou de Provence, proximité et chauvinisme obliges.
J’ai honte, ça fait vraiment la fille du Sud qui sort pas de chez elle …

Maintenant, que j’ai tout dit (ou presque), n’allez pas croire que je n’ai jamais bu des vins de Loire. Ben, si quand même…
J’ai un souvenir, très précis, du Sancerre blanc du Domaine Vacheron, découvert dans un salon de vin, il y a quelques années. Minéral, rectiligne, fruité et expressif, parfait dans son genre. Ce fût une découverte. En effet, rien à voir avec ces blancs sudistes bien souvent trop lourds, « vieux » avant l’âge…

Puis, un soir de septembre 2009, j’ai rencontré les Vini Be Good, au restaurant Gare du Nord à Paris. Là, j’ai goûté les saumur-champigny de Thierry Germain, les Saint-Nicolas de Bourgueil de Gérald Vallée et Cab à Bulles, le cabernet de Saumur de Dominique Joseph, une petite merveille, encore gravée dans ma mémoire. C’est dire si mes connaissances sont « pauvrettes »…

Aussi, lorsque Amélie de l’Agence Clair de Lune m’a proposé de participer au Wine Blog Trophy dont le thème est « A la table des vins de Loire » j’ai répondu « non ». La nuit a fait son œuvre. Et si j’associais, les vins de Loire avec la cuisine provençale ? S’entendront-ils ou… se tourneront-ils le dos ?

Pour répondre à ces questions, j’ai donc pensé à trois plats. Puis, j’ai rencontré Nicolas Ong, le chef sommelier du restaurant Christian Étienne pour qu’il me conseille.

Nicolas

Voici notre sauce maison et ses commentaires  !

L’entrée : Barigoule d’artichauts avec :
Vouvray sec 2010 Les Argiles de François Chidaine
Anjou 2009Le Cornillard Domaine Patrick Baudouin
« Ces deux blancs issus du chenin, possèdent un caractère légèrement oxydatif qui enveloppera l’amertume de l’artichaut. Le premier affiche une légère sucrosité en bouche, le second, une acidité plus marquée. »

 

 

 

 

 

 

 

 

La barigoule c’est quoi ?
Pour commencer c’est très bon ! C’est une spécialité bien de chez nous, qui fait référence à son mode de préparation. Jacqueline m’a donné sa recette…

artichauts-a-la-barigoule--_48600

Pour 4 personnes
8 artichauts violet
100 gr de petit salé
1 oignon, 1 ail, 1 bouquet garni
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1/2 verre de vin blanc

Réalisez les fonds d’artichauts : retirez quelques feuilles,puis tronçonnez le haut des artichauts. Enfin, tournez avec un couteau autour de ces derniers jusqu’à obtenir un fond. Retirez le foin.
Dans une sauteuse, faite revenir doucement l’ail et l’oignon,le petit salé, puis ajoutez les artichauts. Recouvrez avec le vin blanc et un peu d’eau. Rajoutez le bouquet garni. Fermez la cocotte et laisse cuire durant 25 minutes environ.
Servez tiède.

Le plat : alouette sans tête et riz noir de Camargue avec :
Sancerre rouge 2009 Domaine Vacheron
Bourgueil 2007 Domaine Breton
« La finesse et la fraîcheur du Sancerre s’harmoniseront parfaitement avec la sauce blanche du plat. Pour ceux qui souhaitent jouer l’alliance avec le bœuf, je conseille le Bourgueuil, plus structuré. » 

vacheron

bourgueil

 

 

 

 

 

Les alouettes c’est comme des paupiettes de veau, mais avec du bœuf !

alouettes

Pour 4 personnes
8 alouettes, demandez à votre boucher de les préparer. Il farcit les tranches de bœuf avec du petit salé haché, de l’ail et du persil.
1 oignon, 2 cuillères à soupe de farine
1 carotte
1 gousse d’ail
1 verre de vin blanc
2 champignons de Paris
3 tiges de persil

Dans une sauteuse, faite revenir l’oignon avec les alouettes,
dès qu’elles sont légèrement dorées, ajoutez le verre de vin blanc, la carotte, l’ail et les champignons émincés.
Salez, poivrez, recouvrez juste d’eau, fermez pour une heure environ. Au bout de trois quart d’heure ajoutez le persil.

Le fromage : Fromage de chèvre AOC Banon avec Le Muscadet Sèvre et Maine Gorges du Château de La Gravelle.

Sa minéralité et sa structure devraient tenir tête aux saveurs boisées de ce fromage qui se présente plié dans une feuille de châtaignier.

Le dessert : gâteau des rois aux fruits confits avec :
Montlouis-sur-Loire pétillant La Taille aux Loups non dosé de Jacky Blot
Quart de Chaume 2007 Domaine Patrick Baudouin
« Le Montlouis pour la fraîcheur des bulles et le côté clémentine confite, le Quart de Chaume, pour les amateurs de liquoreux : doux et mentholé, il met en valeur la brioche et les fruits confits. »

gâteau des rois

Sachez que dans le sud, on regarde avec dédain ces « galettes » à la frangipane… Nous lui préférons, le gâteau des rois, une brioche aux fruits confits décorée de sucre. Après l’avoir dégustée, on joue à la coinche !
La coinche c’est quoi ? C’est comme la belote on joue en équipe et on annonce ses points à l’avance. Tu fais tes points tu gagnes, tu les fais pas tu perds et tu les donnes à l’équipe adverse !

Aujourd’hui, ce sont les vins de Loire qui ont remporté la manche ! OUI ! Ils peuvent accompagner nos mets, à condition de choisir les bonnes recettes !

Vouvray pétillant avec le gâteau des rois

Vouvray pétillant avec le gâteau des rois

 

 

 

Quart de chaume avec le gâteau des rois

Quart de chaume avec le gâteau des rois

Brocolis et saucisson d’içi en quiche

2011-tarte brocolis07-04 01.46.16

Dimanche, je décide de mitonner une p’tite quiche accompagnée de romaine et betterave rouge pour mes amis. C’est partit ! Je me lance dans la préparation de la pâte brisée, je bats les œufs, le lait et au moment, crucial, d’ajouter l’ingrédient essentiel : LE petit salé, j’ai beau inspecter tous les recoins du frigo, je n’en ai pas ! « Quelle quiche, je fais ! », me dis-je, la situation étant particulièrement appropriée…
J’ouvre le frigo une seconde fois, je vise des brocolis achetés la veille sur un marché de producteurs et un superbe saucisson acheté à Thomas Faton, le boucher des halles de Châteaurenard. Sauvée !
J’invente ma petite recette « Brocolis et saucisson d’ici en quiche » !
Prêts ? La voici !

Pour six personnes
Ingrédients
1 bouquet de brocolis
250 ml de lait
4 œufs
5 tranches de saucisson
Gruyère râpé

Pour la pâte brisée
250 gr de farine
125 gr de beurre mou
1 tasse à café d’eau

Étape 1
Commencez par préparer la pâte brisée. Versez la farine dans une jatte avec le beurre ramolli coupé en morceaux. Avec le bout des doigts mélangez bien. Ajouter la tasse d’eau, formez une boule, laissez reposez 30 minutes.

Étape 2
Lavez et découpez le brocolis. Faites le cuire à la vapeur 6 à 7 sept minutes.
Laissez-les tiédir, puis écrasez-le à la fourchette.
Découpez le saucisson en petits cubes.
Dans une jatte, versez le lait, cassez les œufs, battez puis ajoutez le gruyère râpé, le sel et le poivre et battez de nouveau. Enfin, ajoutez les brocolis écrasés, le saucisson et remuez une dernière fois.

Étape 3
Roulez la pâte brisée jusqu’à obtention d’un grand disque. Déposez-là au fond d’un plat à tarte. Pour cela, une fois que vous avez roulé votre pâte en forme de cercle, repliez là-en deux, puis en quatre pour former un triangle. Déposez ce triangle dans le plat et dépliez.
Ajoutez la préparation brocolis, lait, œufs. Enfournez pour 3/4 d’heures dans un four chaud !

Et avec cette quiche, on boit quoi ? Les brocolis, l’œuf… Tout cela n’est pas facile à marier. Je privilégie un blanc aromatique et vif et pour ceux qui aiment les rouges, un vin de soif, souple et fruité.

23-23-large

La cuvée Les Herbes Folles (5,70 €) du Domaine du Grand Jacquet. Patricia et Joël dit le « grancquet » ont leur domaine dans le Mont Ventoux. Sur ces hauteurs, ils ont planté du sauvignon, un cépage que l’on trouve surtout à Bordeaux, mais rarement dans le vignoble rhodanien. Quelle bonne idée ils ont eu ! Leur blanc est vif, frais et légèrement citronné au nez. Le muscat à petits grains également présent dans l’assemblage lui apporte un petit côté fleuri, très charmeur. Il est parfait avec la quiche !

Si vous avez envie d’un rouge, je vous suggère la cuvée Premier Jus (environ 3 €) de la coopérative les coteaux de Fournès. Une découverte récente goûtée au caveau de cette cave : fruits rouges au nez, gouleyant au palais, il va très bien avec les saveurs de saucissons et de brocolis du plat. Avec une dizaine d’adhérents seulement, cette cave et fait figure de valeur montante dans les côtes du Rhône.

Œufs mimosas huile de tournesol de la ferme

photo

J’ai rencontré Jérôme Grangier lors d’un reportage pour La France Agricole. Il produit, à Tarascon, du blé dur, des tomates et du tournesol. Avec d’autres agriculteurs du coin, ils ont investi ensemble dans un camion équipé d’une installation pour presser leurs graines. Le camion voyage tour à tour d’une exploitation à l’autre. Jérôme l’utilise pour presser ses graines de tournesol. Son huile n’a rien a voir avec celles des grandes surfaces. Jaune or, elle a un vrai goût de tournesol, comme lorsqu’on croque une graine. Jérôme Grangier l’a produit avec des variétés particulières, linoléiques au lieu des oléiques utilisées par les industriels. Elles sont plus riches en huile et meilleures en goût.

Jérôme Grangier (à droite) et Étienne Aubert, le jeune homme qui déplace le camion d'une exploitation à l'autre.

Jérôme Grangier (à droite) et Étienne Aubert, le jeune homme qui déplace le camion d’une exploitation à l’autre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Sympa, il m’en a offert une bouteille. Je l’ai utilisé dimanche pour monter la mayonnaise des œufs mimosas que j’ai servi à ma tribu.
Ça change tout ! Enfin une mayo qui a un vrai parfum de tournesol. On s’est régale ! Je l’ai aussi testé pour la cuisson d’un steak : fameux !
Jérôme vend son huile chez lui.
Il réfléchit a valoriser les tourteaux, les sous produits de sa production d’huile. Il a contacté des éleveurs pour leur proposer pour nourrir leurs animaux.

Les tourteaux destinés à nourrir les animaux d'éleveurs locaux.

Les tourteaux destinés à nourrir les animaux d’éleveurs locaux.

 

 

 

 

 

 

 

Et maintenant la recette !
Œufs mimosa huile de tournesol de la ferme

photo[1]

Ingrédients

Deux œufs par personne
1 jaune d’œuf pour monter la mayonnaise
20 cl d’huile de tournesol de Jérôme Grangier
Une cuillère a café de moutarde
Le jus d’un demi citron
Sel, poivre

Déposez le jaune d’œuf dans un grand bol. Ajoutez la moutarde, le sel et le poivre.
Faites couler l’huile en filet et montez la mayonnaise avec un fouet.
Détendez-vous gardez toujours le poignet souple. Quand c’est monté ajoutez le jus du citron.
Faite bouillir les œufs pendant 10 minutes. Passez les sous l’eau froide, écalez-les. Lorsqu’ils ne sont plus chauds, coupez les en deux d ans le sens de la longueur., retirez le jaune. Écrasez-le dans une jatte prélevez en une cuillère à soupe. Mélangez a la mayonnaise répartissez dans les blancs d’œufs, saupoudrez du jaune écrasé que vous avez mis de côté. Réservez au frigo jusqu’à dégustation.

Renseignements à propos de l’huile de Jérôme Grangier :Contactez Etienne Aubert au : 06 78 20 08 82

Que boire avec  ?
La difficulté trouver le bon partenaire qui aille bec les œufs et ne s’efface pas devant le goût citronné de la mayo.
J’ai choisi le côtes du Rhône blanc du Domaine du Bois de Saint Jean. Xavier Anglès, le vigneron, l’élabore avec son cépage fétiche, le viognier. Son domaine à Jonquerettes dans le Vaucluse se trouve à 5 minutes à vol d’oiseau à Avignon. Avignonnais, allez y faire un tour, les vins de Xavier Anglès sont de toute beauté, en rouge comme en blanc.

 

Gras, onctueux, floral au nez, il possède une pointe d’acidité parfaite pour s’accorder avec le citron de la mayonnaise.

Le bon goût de la fraise de pleine terre

Je reçois, cet appel, aujourd’hui. Le Petit Producteur est une marque qui regroupe des producteurs du Sud-Est de la fraise. Voilà deux/trois ans, ils ont eu la bonne idée de relancer la fraise produite en pleine terre. Délicieuse, il est vrai !

Et bien devinez quoi ? Aujourd’hui, crise du cheval aidant, ils font face à une demande sans précédent de la grande distribution ! Ses acheteurs veulent absolument de la fraise de pleine terre. Pour info, les trois quarts de la production de fraise en France et ailleurs en Europe, sont produites en hors sol… Voici leur message, si vous connaissez des producteurs dans votre entourage, relayez-leur ce message.

FRAISES DE PLEINE TERRE : Le Petit Producteur ® lance un appel urgent !

FRAISES DE PLEINE TERRE  : Le Petit Producteur ® lance un appel urgent !

Nous recherchons en urgence de nouveaux producteurs de FRAISES DE PLEINE TERRE pour répondre à l’explosion de la demande que nous rencontrons sur cette catégorie de produits !

 

Ciflorette, Gariguettes, Dély, Capella Royale, Capron Royale, Anablanca, Madame Moutot, Reine des vallées, variétés anciennes etc.

 

Quelques semaines avant le début de campagne, la demande pour nos paniers de fraises de pleine terre dépasse toutes les prévisions. 5 enseignes supplémentaires de la grande distribution nous ont contacté pour en proposer cette année dans leurs rayons et nous nous ne parviendrions pas à fournir tout le monde compte tenu des volumes sollicités.

 

Nous avons 22 producteurs actuellement qui proposent leurs fraises de pleine terre et ils nous en faudrait au moins le double

 

Nous recherchons UNIQUEMENT DE LA FRAISE DE PLEINE TERRE, bien travaillée et sélectionnée au jour le jour pour offrir le meilleur de la production de chacun.

 

Cette qualité garantie est valorisée comme le veut notre principe de sélection.

 

Nous réagissons en urgence face à un niveau de demande particulièrement forte cette année du marché mais nous savons que cette tendance ne se démentira plus tant la progression de la demande est constante année après année. Les consommateurs veulent désormais consommer de meilleurs produits et ils sont de plus en plus nombreux à nous signaler le plaisir qu’ils ont à redécouvrir « le goût de nos fraises d’antan ».

 

Si vous êtes producteur contactez nous en urgence au 06 98 89 42 37

 

INFOS COMPLEMENTAIRES ICI :

http://www.lepetitproducteur.com/fraise.asp

Trois rosés canon à partir de 5 euros !

Les Vinifilles

Les Vinifilles

En janvier, les Vinifilles, un groupe enjouée de vigneronnes du Languedoc-Roussillon, m’ont invitée à goûter leurs cuvées dans la nouvelle mairie de Montpellier. Un bâtiment tout bleu, somptueux, dessinée par l’architecte Jean Nouvel. La classe pour une dégustation ! À quelques mois des beaux jours, j’ai décidé de me concentrer sur les rosés de ces Dames. En avant première, j’ai humé les premiers jus du millésime 2012 dans la couleur.
Je n’ai pas été déçue ! Belle robe, nez aromatique, une belle pêche en bouche : leurs rosés sont épatants et quand toutes ces qualités sont réunies à des prix ultra abordables, alors là je dis : chapeau ! Je vous en ai sélectionné trois :

Château Coupe-Roses 5,70 €

Coupe-Roses2

Appellation : Minervois
Nez : fruits rouges, épices
Bouche : acidulée, très fruits rouges, avec de la chair, du gras et de la fraîcheur. Très belle longueur.
Accord mets/vins : C’est le rosé d’assiette par excellence ! À marier avec des côtellettes d’agneau grillées accompagnées de petits farcis, tomates, aubergines.

 

Contact : Françoise Le Calvez Frissant 4, rue de la Poterie 34 210 La Caunette.
04 68 91 21 95

Château Beaubois 6 euros

Fanny Boyer

Fanny Boyer

Indication Géographique Pays d’oc

Nez : agrumes et fleurs blanches
Bouche : de la finesse, du fruit, et des notes de fruits jaunes
Accords mets et vin : grillades, charcuterie, rougets grillés

 

Contact : Fanny Boyer 30 640 Franquevaux
04 66 73 30 59

Domaine Ollier-Taillefer 6,50 euros

Françoise Ollier

Françoise Ollier

Appellation Faugères
Cuvée : Les Collines Faugères
Nez : 
fruits rouges acidulés, agrumes
Bouche : ronde, friande, beaucoup de « peps » et de fraîcheur
Accord mets et vins : daurade, loup au four, poulet au gingembre

Contact : Françoise Ollier 34 320 Fos
04 67 90 24 59

Gratin de navets façon dauphinois

Avant...

Avant…

« Ce film, quel navet ! » : je ne sais pas d’où vient l’expression, mais une chose est sûre elle ne sert pas l’image du navet. Regrettable, car cette racine au goût amer et doux recèle des facettes inexploitées en cuisine. Aussi, lorsque j’ai trouvé samedi sur un petit marché de producteurs de mon village ces navets fanes, je me suis empressée de les mettre dans mon panier. Et hop, arrivée à la maison, je prépare ce délicieux gratin simplissime ! Si vous vous lancez, je vous conseille d’acheter des petits navets ronds et roses ou mieux avec leur fanes comme ceux-ci !

 

 

Pour 4 personnes
3 bottes de navets fanes
25 cl de crème fraîche
Sel, poivre

Lavez, épluchez les navets. Coupez-les en rondelles.
Déposez-les dans un plat à gratin, ajouter la crème fraîche, le sel et le poivre.
Enfournez pour 45 minutes à 200 degrés dans le four préalablement préchauffé.

Le résultat ?

Après...

Après…

Je vous conseille de l’accompagner d’un poulet fermier ou d’un carreau d’agneau.

Dans les deux cas, une bouteille : le Tavel rosé 2012 du Prieuré de Montézargues

Prieuré
Fruits rouges et épices au nez, du gras et de la fraîcheur en bouche. Bel équilibre, le rosé d’assiette par excellence. Prix : 11 € TTC. Dégusté et approuvé lors de la soirée Grenache au Delirium, le 10 mars à Avignon, en marge de Découvertes en Vallée du Rhône.

Le côtes du Rhône du moment en promo jusqu’au 21 avril !

CDR ST JACQUES

Le Cellier des Princes à Châteauneuf-du-Pape élabore des Châteauneuf-du-Pape, mais pas que… Lors d’une dégustation, organisée par Inter Rhône à la Chartreuse de Villeneuve les Avignon, j’ai dégusté leur tout nouveau côtes du Rhône rouge 2011 : Domaine Saint-Jacques en conversion à l’agriculture biologique.
A base, de grenache, de syrah, de mourvèdre et de carignan, c’est un régal pour les papilles !
Un petit bijoux au nez fin et fruité avec juste ce qu’il faut de tanins pour structurer l’ensemble. Un vin « passe partout » indispensable dans sa cave ! C’est LE rouge de l’été 2013 à adopter dans toutes circonstances (mieux qu’un rouge à lèvre !) : il se boit avec une assiette de jambon de parme, un rosbeef et… (on y croit le soleil va bientôt arriver !) des grillades dans le jardin, les tomates farcies… Tout ceci pour 4,15 € la bouteille pour un carton de six acheté jusqu’au 21 avril !
A ce prix, on en fait vite provision ! Rendez-vous au caveau qui organise en ce moment sa Foire aux vins et présente l’exposition Balades en Méditerranée de Zanella !

Cellier des Princes
758 Route d’Orange
84 350 Courtezon
04 90 70 21 44