Magret de canard carottes violettes au sirop de figue

 

Ce matin aux Halles de Châteaurenard, Vincent le primeur du Jardin des Tours m’a fait découvrir son premier arrivage de carottes violettes. À classer dans la catégorie des légumes oubliés comme le panais, le rutabaga, la vitelotte… et autres noms exotiques. Signe particulier, ces tiges orangées possèdent une peau violet foncé à qui elle doivent leur surnom. Elles sont aussi légèrement plus croquantes et tendres que leur cousines oranges. Vincent m’a suggéré de les préparer en cake…

Arrivée à mon logis, j’ai eu une autre idée (ben oui, l’inspiration c’est comme ça, que Vincent me pardonne). Ayant par ailleurs acheté de beaux magrets de canard aux halles d’Avignon, le jour d’avant, et sachant qu’il restait encore quelques figues sur les arbres du jardin, j’ai préparé ma recette. Super facile, « goûtue » d’après mes hôtes… La voici !

 

Ingrédients pour six personnes

3 magrets de canard entier
Une dizaine de figues
6 carottes violettes 

1 cuillère de miel
1 peu de beurre
sel, poivre

Coupez les figues en deux dans le sens de la longueur. Faite les revenir à la poêle côté chair à feu très doux. Pendant ce temps, pelez les carottes et détaillez-les en rondelles.

Quand les figues ont rendu leur sirop, sortez-les de la poêle. Baissez le feu, ajoutez le miel, remuez et déposer les carottes violettes. Augmentez le feu (pas trop), couvrez, salez, poivrez et laissez mijoter. Elles sont cuites quand la pointe d’un couteau les transperce.

Une fois la cuisson des carottes terminée, détaillez le magret
en tranches. À feu vif, saisissez-les dans une poêle.
Quand ils sont rosés, arrêtez la cuisson. Dans une assiette,
dressez les magrets, les carottes cuites dans le jus des figues
et ajoutez ces dernières.
Voilà, c’est fini. Servez !

Que boire avec ?

Le costière de Nîmes rouge Réserve 2011 du Château de Nage (6,10 €) (http://www.michelgassier.com)

Michel Gassier, vigneron fleuron de cette appellation m’a reçue la semaine dernière dans ses chais en pleine période de vendanges. Chaud, chaud, chaud…

Depuis le début du mois, il enchaîne les journées à rallonge, lever à 2 heures du matin pour vendanger de nuit, et suivi des vinifications l’après-midi. Nous avons parlé de ses blancs et j’en reparlerai d’ailleurs ici prochainement. Mais, pour cette recette c’est son rouge Réserve que je vous conseille. Ses arômes de fruits noirs et de fruits rouges sont soulignés d’épices et d’un peu de poivre. Sa bouche a un joli toucher, fin, délicat comme de la soie. Il sera parfait avec cette recette sucrée/salée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *